L’histoire des jeux vidéos et son pouvoir immersif

L’histoire des jeux vidéos et son pouvoir immersif

Reading Time: 3 minutes

Les joueurs “Génération GameBoy” ont grandi et avec eux l’industrie du jeu vidéo. Les dépenses ont depuis augmenté. Le jeu vidéo s’est diversifié. Il apparaît sous de nombreuses formes, de nombreux supports. Il est mobile grâce aux smartphones, tablettes etc. Il est communautaire, grâce aux web et aux différentes communautés propres à chaque jeu. Il est support empreint d’une histoire, d’une histoire culturelle mais aussi racontée. Le jeu vidéo s’inspire du réel pour mieux nous transporter dans le virtuel.

Une immersion totale ou presque

Aujourd’hui un jour cherche avant tout à vivre l’expérience que lui propose le jeu. Il veut intégrer l’univers virtuel, s’en imprégner, le comprendre pour mieux l’explorer, mieux en profiter. Pour arriver à atteindre cet objectif, les jeux vidéos s’inspire de la réalité historique. L’Histoire avec un grand H, celle que nous apprenons à l’école. Celle que nous connaissons tous!
Une base commune qui nous permet de faciliter l’immersion. Nous savons nous représenter mentalement des décors moyen-âgeux ou encore les habits de la renaissance…
Un jeu qui a su utiliser l’histoire pour renforcer son pouvoir immersif est Assassin’s Creed.
L’alliance du marketing et de l’histoire pour créer un parfum de réalisme aide fortement le joueur à prendre part à une expérience de jeu différente.

Ucronie ou réécriture de l’histoire dans les jeux vidéos

Les jeux vidéos ne font pas que raconter l’Histoire telle qu’elle a pu se dérouler. Ils la réécrivent, ils s’en emparent, la modifie… Les jeux peuvent dès lors proposer des scénarios alternatifs ou hypothétiques à la réalité que nous connaissons tout en conservant le socle de base. Que se serait-il passé si telle ou telle événement avait eu lieu?
Le jeu Les Lapins Crétins-Retour vers le passé permet de revivre des événements historiques de manière ucronique. Et si les lapins crétins semaient la panique à bord du Titanic?! Voici un exemple parlant et concret .

Le jeu Civilisation permet également de jouer l’histoire à travers l’Histoire. On passe d’une période à une autre, de la pré-histoire au futur (après notre ère actuelle). On y gère des ressources, on doit faire prospérer son peuple, devenir puissant. Bref, on rejoue l’histoire à sa façon.

La guerre au centre de l’Histoire dans les jeux vidéos

Dans les jeux vidéos, la guerre est au centre de tout. Elle permet de dynamiser l’action, de la rendre plus vivante. Gérer l’économie ou la polituqe peut avoir un aspect rébarbatif et possède un pouvoir immersif assez faible.
La mort est une sanction. Le pouvoir appartient aux forts. C’est un message clé et motivant pour le joueur.

La frontière entre virtuel et réel parfois fine

Mais attention dans des jeux comme Call of Duty où nous pouvons trouver des messages comme “nous sommes l’armée la plus puissante du monde” qui fait référence à l’armée américaine. Ces messages ont une portée politique évident et puissante. Le virtuel et le réel se confondent et le pouvoir immersif du jeu peut vite devenir dangereux pour les esprits non-avisés.

Ce type de jeu à portée de propagande entraîne le joueur aux rudiments du combat en milieu urbain, aux maniements des armes, à la psychologie du soldat malgré la portée ludique. La frontière entre réalité et virtuel s’affine encore un peu plus. Les personnages, les armes sont de plus en plus réalistes. Le jeu se professionnalise. Des compétitions sont organisées.

Loin de moi l’idée de faire une critique négative, de conseiller aux joueurs d’arrêter de jouer à ce type de jeu. Non! Il faut simplement prendre le temps de jouer intelligemment. Comprendre le jeu, comprendre l’univers, son contexte et savoir prendre la distance nécessaire pour s’en détacher ensuite.

L’ultime frontière entre virtuel et réel dans le jeu vidéo : Le Serious Game

Le serious game ou jeu sérieux consiste en une utilisation pédagogiques du jeu vidéo. Ce développement pourrait faire l’objet d’un prochain article à lui tout seul.

Pour conclure: le jeu vidéo et fortement lié à l’histoire de l’homme. Il possède sa propre histoire culture mais cherche toujours plus à fidéliser le joueur à le faire consommer. L’histoire avec un grand H se met au service du marketing pour atteindre ces objectifs.

Commentaires

commentaires

Powered by Facebook Comments

Olegeek

%d blogueurs aiment cette page :