[ TEST ] GEARS of WAR 3

By Olegeek

Testé après 1h15 de jeu

Dernier épisode de la Trilogie, Gears of war 3 se sera fait désirer. Initialement prévu pour avril dernier, le titre du studio EPIC sort finalement le bout de son nez avec la vive intention de donner la plus belle conclusion qui soit à sa saga. Toutefois après un 2ème opus explosif, on est en droit de se demander si ce GoW 3 ne s’annonce pas comme un simple réchauffé sans réelle nouveauté. Verdict…

——– SCENARIO : –/20 ———–

L’histoire se déroule 2 ans après le 2ème opus.

L’humanité est dans ses derniers retranchements, traversant à la fois une guerre sans merci face aux terribles Locustes, et devant faire face à un second ennemi inconnu : les Lambents. Le teigneux Marcus Fenix reçoit des infos de son père et va tenter de le retrouver dans ce contexte.

Pas de surprise au début du jeu : le scénario reste ce qu’il est.

Epic a pensé à tout puisque pour ceux qui auraient raté les 2 précédents jeux, il y a une petite vidéo récapitulative pour se mettre dans le bain.

En 1h15 de jeu, difficile de juger l’intégralité de l’histoire, donc on laissera le bénéfice du doute.

En revanche on peut remarquer la qualité de la mise en scène qui en met plein la vue dès le commencement : ça explose de partout, ça crie, bref pas de doute, on est bien dans un Gears of War !

L’équipe s’agrandit ! Une campagne enfin jouable à 5 sur le Live !

—– GRAPHISMES : 18/20 ——————

Le plus beau jeu de la console incontestablement.

Le nombre d’ennemis à l’écran a été considérablement agrandi et pour cause ! Fenix n’est plus seul et sera épaulé par 4 autres acolytes tout au long de l’aventure ! Le tout bouge sans trop de ralentissements même lors des phases de shoot en surnombre. Un excellent boulot a été réalisé sur les effets : effet de fumée, explosion, décors destructibles.

Niveau textures, ça reste le summum qu’on puisse atteindre avec le moteur graphique « Unreal Engine » qui bien que vieilissant, parvient sans peine à un magnifique rendu.

On déplore malgré tout, quelques gros ratés : les animations des persos toujours à la ramasse, certains bugs de collision très énervants (notamment quand vos coéquipiers restent immobiles et vous empêchent de passer une porte, ou quand vous vous approchez près de l’ennemi pour le tronçonner et qu’il passe derrière vous par miracle).

Les Lambents, nouvel ennemi du jeu…

———– SON 10/20 ——————–

Une fois n’est pas coutume : les doublages FR sont une catastrophe. Déjà que les dialogues sont à chier, il n’y a aucune synchronisation labiale et le jeu d’acteurs de la version FR est ridicule au possible. On aurait aimé pouvoir choisir la V.O. Cependant, les musiques sont excellentes même si elles se résument très souvent à des versions arrangées du thème principal.

Le mode Beast : où il est possible d’incarner une équipe de Locustes avec leurs atouts respectifs !

——— GAMEPLAY : 15/20   DUREE DE VIE : 17/20 ————

Un peu perturbé pendant cette 1ère heure de jeu.

La prise en main est toujours aussi lourde : les personnages sont TRES LENTS et leurs mouvements peu fluides. Si l’on n’attendait pas la jouabilité d’un Vanquish, Epic aurait pu faire un effort pour accorder le rythme de la mise en scène et de l’action, à celui de la jouabilité. Il aurait fallu rendre le jeu + rapide dans ses mécanismes.

Du coup, on a cette impression de ne pas évoluer depuis le 1er. Cela se ressent surtout durant les phases d’exploration où une fois de plus, le héros ne peut plus courir lorsqu’il parle au téléphone et doit subir la marche interminable. Aussi, les aires de jeu étant bien plus grandes que par le passé, cette lenteur devient encore + agaçante lors des longues courses en lignes droites.

Les aires de jeu sont bien plus vastes.

Côté IA, rien d’exceptionnel.

Les équipiers contrôlés par l’IA sont plutôt bons lorsqu’il s’agit de dégommer du Locuste (avec la possibilité de leur désigner une cible prioritaire), mais semblent un peu déstabilisés quand il est question de vous venir en aide. Les ennemis de leur côté, sont plutôt coriaces en mode Vétéran et mieux vaut ne pas sortir sa tête de l’abri trop longtemps.

Clairement, la campagne a été pensée pour le MULTIJOUEURS.

En effet, on peut enfin la parcourir à 5 joueurs. Un exploit que réussit Epic. Reste à savoir si la partie sera stable avec autant de connexions simultanées. Le multijoueurs parlons-en, même si je ne l’ai pas testé sur le Live. Les modes de jeu sont les mêmes, malgré quelques améliorations sympatiques. A commencer par le mode Horde qui a été remanié : + de tactique encore, puisqu’il faudra organiser ses défenses. Aussi, on applaudit la possibilité de RESPAWN (=revivre sans avoir à attendre comme un gland la fin de la partie), même si celle-ci est limitée par un nombre de vie paramétrable. Enfin, il est apparemment possible de contrôler les différents types de Locustes ; une grande première ! A vous les joies du Tickers (petite bestiole explosive rapide, fragile), du Kantus, ou encore de l’imposant Boomer. Bref, il y a vraiment de quoi tenir avec le multijoueurs, de loin le plus complet de toute la série.

————– CONCLUSION : 17/20 —————-

La 1ère heure de jeu donne le ton : autant s’attendre au plus spectaculaire de tous les GoW. La volonté de proposer le meilleur du meilleur est omniprésente.

Toutefois, y’a-t-il vraiment de la nouveauté ? A part quelques nouvelles armes, les mécanismes de jeu semblent à priori les mêmes qu’il y a 6 ans et c’est dommage. On aurait aimé quelques grosses corrections dans la jouabilité : moins de bugs dans la visée et les déplacements, et surtout plus de rapidité.

Malgré tout, il n’en reste pas moins le meilleur Third Person Shooter console actuellement : que ce soit en terme de graphismes, de mise en scène ou de contenu multijoueur.

Commentaires

commentaires

Powered by Facebook Comments

 Category: Retro Gaming
 Tags:

Related articles